7 ans de prison dont 5 ferme pour Haurus, cyberipou de la DGSI sur le darknet : analyse du verdict

C e jeudi 22 juillet 2021 a eu lieu la conclusion du procès d’Haurus, cyberipou de la DGSI devant les tribunaux pour avoir vendu vos données personnelles à ses complices du darknet…

Il avait réagi à notre livre[1]https://cyberdefenseur.com/2021/03/30/un-ancien-agent-de-la-dgsi-reagit-a-notre-livre-de-reference-sur-la-cybercriminalite/, nous avions couvert son procès[2]https://cyberdefenseur.com/2021/06/17/avec-la-cybercriminalite-les-cyberipoux-analyse-du-proces-de-haurus-agent-de-la-dgsi-devenu-cyberipou-sur-le-darknet/ dont la décision vient d’être rendue, analyse…

La véritable cybercriminalité : manuel juridique du cybercrime, essai de cybercriminologie

Cliquez ici pour en savoir plus sur le livre la véritable cybercriminalité

7 ans de prison dont 5 ans ferme pour un très grand panel d’infractions

 

Haurus a finalement été condamné pour tous les chefs d’accusation : “détournement de leur finalité des fichiers”, “escroquerie par personne dépositaire de l’autorité publique”, “tentative d’extorsion”, “contrefaçon de chèques”, “usage, fabrication, fourniture et recel de faux documents administratifs”, “mise en circulation de fausse monnaie”…

L’agent de la DGSI ne s’était effectivement pas contenté de vendre vos informations mais a également produit et vendu des faux permis, des chèques et surtout il s’en était pris à ses pairs cybercriminels en envoyant à Widow, une ponte de BlackHand/LaMainNoire une balle de son propre père gendarme afin de rendre crédible la menace de publier son dox sauf contre versement de 50 000€ (correspondant à peu près au surendettement de Haurus) tout en trahissant son propre complice jojodelavega. Avec les cybercriminels qui ne respectent pas les ripoux mais encore moins ceux qui les doublent dans leur propre milieu et les ex collègues de Haurus qui étaient très menaçants à son procès, on peut s’attendre au pire à sa sortie de prison.

 

Il est très rare de voir autant d’infractions, de quoi faire des lignes et des lignes dans le TAJ, cela démontre que le darknet est un véritable générateur d’un enchainement d’infractions : une fois une infraction commise, les opportunités sont trop grandes et le cybercriminel rentre dans une spirale infernale dont il ne sort que par l’arrestation ou la neutralisation par ses pairs comme dans l’affaire Lecorbeau[3]https://cyberdefenseur.com/2021/07/01/affaire-lecorbeau-7-ans-apres-la-victime-du-darkweb-se-bat-toujours-pour-obtenir-indemnisation/.

 

Notons toutefois concernant la mise en circulation de fausse monnaie qu’aucun élément matériel a proprement parlé ne caractérisait cette infraction pourtant retenue si ce n’est la mention dans un historique entre Haurus et son conjoint d’un billet probablement falsifié dont ils cherchaient à se débarrasser en le mettant notamment dans la caisse du magasin où son conjoint travaillait. Cette infraction très sévèrement réprimée en droit français (10 ans de prison) a sans doute motivé la sévérité de la décision de la cour, surtout qu’elle est sans aménagement de peine (pas de possibilité de bracelet électronique…).

 

 

Une sanction a priori illégale

7 ans dont 5 ferme, si vous avez l’habitude d’entendre des sanctions pénales, quelque chose ne colle pas. Effectivement le sursis ne peut être appliqué à des peines d’emprisonnement supérieures à cinq ans, une durée portée à dix ans si le prévenu est en situation de récidive, ce qui n’est pas le cas d’Haurus. Difficile de croire en la bourde, ces dispositions du code pénal existent depuis les années 80 et on a du mal à croire que les juges aient pu faire une erreur aussi grossière dont il n’y a eu qu’un précédent[4]https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/chambre_criminelle_578/1493_4_27258.html

 

Le délai d’appel n’est toujours pas à ce jour épuisé mais cela pourrait se finir en cour de cassation, à suivre donc.

 

 

Les autres parties du procès

Tout d’abord il faut noter que le tribunal a reçu toutes les parties civiles à juste titre : Tariq Ramadan, “Christelle” (femme ayant accusé le précédent de viol), l’Etat. L’avocat d’Haurus avait plaidé pour rendre irrecevable Tariq Ramadan en partie civile car Haurus avait certes recherché la fiche CRISTINA de celui-ci mais ne l’avait pas exploité faute d’y avoir accès. C’est à bon droit que la cour considère que la simple recherche a suffit à causer un préjudice à Tariq Ramadan, il n’aurait pu en être autrement : chercher à accéder à vos fichiers de police/renseignement vous cause forcément un préjudice indépendamment de l’utilisation qui en est faite.

 

Plus critiquable, la condamnation de son conjoint pour recel-profit (la complicité a été écarté), des faits portés à notre connaissance et tout au long du procès, rien ne permet d’établir qu’il a pu connaitre la provenance illicite  de tout ce dont le couple bénéficiait. Il écope de 3 ans de prison dont 2 avec sursis ce qui est assez sévère. Sans doute a t-il été plus condamné pour son attitude à l’audience assez provocatrice que pour la matérialité des faits…

 

Concernant ses clients et ex-collaborateurs, CvvGold est condamné à 3 ans de prison, Jojodelavegas à 4 ans, dont deux avec sursis, Dexx 4 ans dont trois avec sursis. Notons que le détective privé client d’Haurus qui avait fait preuve de contrition à l’audience a lui écopé d’une peine assez clémente comparé aux autres : trois ans avec sursis et interdiction d’exercer la profession de détective durant trois ans. Il pourra donc réexercer sous peu. Preuve que le tribunal a effectivement tenu compte de l’attitude et de la repentance des différents prévenus.

 

 

L’attitude d’Haurus

dgsi haurus livre

Ce qui semble avoir justifié une peine aussi lourde semble être tout autant la volonté de la justice de condamner ce nouveau phénomène des cyberipoux que de condamner l’attitude d’Haurus.

Il ressort de vos différents commentaires, des réseaux sociaux mais aussi lors du procès (par la voix de la procureur) qu’Haurus agace. Au lieu de faire profil bas en attente de sa condamnation celui-ci se met à juger et commenter sur son blog et ses réseaux sociaux comme si cyberipoux était une qualité d’expertise lui permettant de distiller sa morale.

Il se médiatise et se fait photographier visage découvert tout en arguant par la suite le bénéfice de l’article 413-13 du code pénal lui permettant d’être anonymisé tant qu’il appartient aux services de renseignement.

Ses anciens collègues et de nombreux membres des forces de l’ordre l’attaquent sur Twitter pour cette attitude. Les cybercriminels le haïssent pour avoir tenté d’extorquer Widow tout en  trahissant son propre complice jojodelavega le tout en jouant son double jeu de travailler pour le renseignement intérieur tout en récoltant l’argent des cybercriminels.

Seuls les journalistes sont assez complaisants parce qu’il leur offre du contenu, ce qui lui permet à son tour de faire la promotion de ce qu’il vend. Mais attention, bien qu’il ait pris attache avec certains milieux militants, ceux-ci se sont retournés contre lui car ses objectifs restent purement financiers et certainement pas militantistes :

 

Condamné à une peine ferme non aménageable vous pensiez donc plus entendre parler de lui pendant quelques temps,  cependant l’affaire Haurus n’est toujours pas achevée car Haurus fait l’objet d’une autre mise en examen pour corruption passive et association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes en bande organisée dans une instruction à Marseille…

Reférences

Reférences
1 https://cyberdefenseur.com/2021/03/30/un-ancien-agent-de-la-dgsi-reagit-a-notre-livre-de-reference-sur-la-cybercriminalite/
2 https://cyberdefenseur.com/2021/06/17/avec-la-cybercriminalite-les-cyberipoux-analyse-du-proces-de-haurus-agent-de-la-dgsi-devenu-cyberipou-sur-le-darknet/
3 https://cyberdefenseur.com/2021/07/01/affaire-lecorbeau-7-ans-apres-la-victime-du-darkweb-se-bat-toujours-pour-obtenir-indemnisation/
4 https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/chambre_criminelle_578/1493_4_27258.html

Laissez un commentaire

0

Veuillez taper puis appuyer sur Entrée pour rechercher